Si vous suivez régulièrement mes publications, vous avez dû lire l’article concernant le comportement du commun des mortels à réagir négativement face aux critiques. Bien entendu, je ne me suis pas arrêté à soulever le problème. J’ai également proposé un petit schéma facile d’usage pour vous aider à réagir positivement aux critiques. Pour rester dans la logique, je vous propose cette fois de voir comment faire des critiques dites constructives à vos amis, à votre famille ou à vos collègues. Cela a un double intérêt: aider votre interlocuteur à progresser aussi bien dans son savoir-faire que dans son savoir-être, puis vous donner une posture d’aidant.

Mais avant de vous improviser donneur de retours positifs, entraînez-vous déjà à accueillir vous-mêmes, les retours des autres de façon positive.
Quelques règles sont importantes dans l’art de faire des critiques:
-Soyez spécifique dans votre remarque. Votre critique doit viser un acte ou un comportement bien précis;
-Faites la différence entre la personne à qui vous faites le retour et son comportement, ne pas confondre ni associer les deux;
-Sachez enfin vous mettre à la place de votre interlocuteur ou d’une tierce personne qui assisterait à votre échange pour savoir ce que ressentirait la personne en face de vous.

Après l’évocation de ces pré-requis, sachez qu’il existe sur le marché de la communication plusieurs modèles qui permettent de faire des critiques de façon positive. J’ai choisi de vous présenter un qui nous vient de la Programmation Neurolinguistique (PNL), le feed-back Sandwich. Tous les amateurs de sandwichs vous diront que ce qui fait la nature d’un sandwich, ce ne sont pas les tranches de pain, mais la partie centrale.
Ce modèle comporte donc trois parties qui vont se suivre dans un certain ordre:

1) Savoir-faire: Commencez toujours par évoquer des faits spécifiques que vous avez appréciés chez l’autre, des faits observables et irréfutables « J’ai apprécié lorsque tu … », « J’ai aimé … » Citez dans cette partie tout ce que l’interlocuteur a fait de réussi, toutes les choses positives dans ce qu’il a fait.
2) Axes d’amélioration: C’est la partie la plus importante de votre sandwich, heu…, de votre critique. C’est ici que vous devez donner à votre interlocuteur des éléments qui vont lui permettre de progresser, après avoir relevé ce qui était positif. Faites une proposition d’amélioration. Rappelez-vous que c’est votre vision du monde que vous partagez et non des textes de loi. C’est une suggestion que vous lui faites. Alors restez dans ce registre en disant par exemple, « à mon avis, si tu …. ça pourrait être plus pertinent »
3) Savoir-être: terminez toujours votre propos en relevant un ou plusieurs points positifs qui qualifient l’autre. Que ce soit dans un cadre professionnel ou personnel, n’oubliez pas de remercier ou de féliciter votre interlocuteur pour le travail fourni. Ce sera toujours apprécié.

Expérience personnelle: à un de mes élèves en cours de Kung Fu, suite à une démonstration, j’ai fait le retour suivant:
« J’aime la hauteur de tes postures. Elles sont très basses, bien ancrées et donc bien stables, c’est top. J’aime bien comment tu mets de la puissance dans tous les coups que tu portes. A mon avis, si tu lèves le regard devant toi au moment où tu frappes, tu donnerais encore plus d’intensité et de réalisme à ton enchaînement qui est déjà très bien éxécuté. Ce qui me rassure c’est que tu apprends facilement. Il te faudra juste quelques séances pour adopter un regard droit devant comme je t’ai vu le faire l’année dernière avec le premier enchaînement. Dans tous les cas, je te félicite pour ce travail qui est juste énorme »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.