Porte cadenas

Nous pouvons tous avoir de bonnes raisons de nous faire accompagner dans la résolution de nos problématiques personnelles ou professionnelles. Seulement, prendre la décision de faire appel à une personne extérieure, un coach par exemple, est encore vu de nos jours comme un acte honteux ou de faiblesse. Même si le problème rencontré au quotidien peut s’avérer prenant, nous trouverons toujours une bonne raison pour ne pas se faire accompagner. Je cite dans cet article 12 raisons. Pourquoi 12 ? Juste pour ne pas me limiter à 11. Et pourquoi pas 13 ? Parce que je me laisse une marge de progression et que je pense aux superstitieux 😉 Allez, voici les 12 raisons :
1) Ce n’est pas bien grave : Très souvent, nous avons l’impression que la situation difficile que nous traversons est loin d’être grave ; en tout cas, pas aussi grave que celle de « Julien qui s’est fait diagnostiquer une maladie grave, a perdu son emploi dans la foulée, sans oublier la procédure de divorce qui a suivi la nouvelle de sa maladie, etc. Lui, il a vraiment besoin d’aide »
2) Je peux le faire tout seul : Certains préfèrent tout faire tout seul, parce qu’ils ont toujours fonctionné ainsi, en toute autonomie. Et c’est toujours mieux fait quand on le fait soi même. Au moins si on rate, on n’en voudra à personne. C’est quand-même plus rassurant n’est ce pas ?
3) C’est trop cher : Le prix d’une prestation peut être un frein, surtout pour les personnes disposant de peu de ressources. Et pour les personnes ayant suffisamment de moyens, ces choses immatérielles sont souvent difficiles à évaluer, voire trop cher pour ce que c’est.
4) Je sais pourquoi je suis dans cette situation : « Depuis que je suis tout petit, mes parents m’ont toujours fait passer après mon frère. Mon frère a toujours été encouragé et soutenu dans tous ses projets et moi, rien. Du coup, je manque de confiance en moi, en ma famille et en tout le monde d’ailleurs.
5) C’est tous des psys : Que peut-on rajouter à ça ?
6) Quand j’aurai vraiment envie, je m’y mettrai, mais là, ce n’est pas important : nous avons souvent l’impression d’avoir le contrôle de la situation et qu’il suffit de le décider pour s’y mettre. J’ai un ami qui ne fume « que deux cigarettes par jour. » Il lui est même arrivé de passer « deux semaines sans fumer », et ce, sans aucune difficulté. Alors il peut arrêter de fumer à tout moment, m’a-t-il dit. Moi je constate simplement que ça fait des années que ça dure et qu’il a du mal à s’en séparer. Il a quelques soucis respiratoires, rien de très grave me direz-vous, rien qui ne vaille la peine d’arrêter ces deux minuscules cigarettes ; ce n’est pas comme s’il fumait un paquet par jour…
7) Je n’ai pas de temps, j’ai trop de boulot (ou de rendez-vous) en ce moment : Nous voyons ici tout l’art de gérer ses problèmes, ses priorités et son temps. Nous allons attendre que la situation s’aggrave pour agir. Plongez une grenouille dans une casserole d’eau bouillante. Je pense, sans jamais avoir pratiqué l’expérience, que la grenouille aura assez de force pour rebondir et sortir de la casserole avant de cuire. Et si on la place dans la casserole alors que l’eau est encore froide et qu’elle chauffe progressivement, vous connaissez la suite. Message aux défenseurs des animaux, je n’ai pas fait l’expérience et je n’incite personne à le faire, c’est juste une analogie 😉
8) J’ai déjà essayé et ça n’a pas marché : une expérience n’ayant pas atteint les résultats escomptés nous sert souvent de référentiel. Si ça n’a pas marché la dernière fois, ça ne marchera pas cette fois-ci. Suite à ce que l’on considère comme un échec, on ne veut pas prendre le risque d’échouer à nouveau. Parfois, c’est l’expérience des autres qui nous bloque : « J’ai un ami qui l’a fait et ça n’a rien changé »
9) Ce sont les faibles qui font appel à un coach, pas moi : Dans notre société où nous devons faire preuve de force et d’autorité, dire que nous sommes dépassés par une situation ou que nous n’arrivons pas à trouver une solution par nous-mêmes, c’est un signe de faiblesse. Il est difficile d’agir sur ce genre de croyances « J’ai un poste à responsabilités et je dois faire une présentation dans deux jours devant la grande assemblée de dirigeants. Dois-je avouer que je suis stressé à l’idée de parler en public ? Non ! Dois-je me faire accompagner par un de ces coachs experts en la matière ? Non, pas moi ! Ca ne le ferait pas du tout. »
10) Je ne vais quand-même pas faire appel à quelqu’un qui ne me connaît pas et qui ne connaît pas mon métier : Voici une phrase que nous entendons de moins en moins, mais qui est encore présente dans nos échanges avec des personnes en difficultés dans leur métier.
11) Le coaching pour les nuls : un bon livre sur le coaching c’est beaucoup plus simple. Je peux pratiquer le coaching où et quand je veux. C’est quand-même moins stressant et moins coûteux que d’avoir quelqu’un qui vous pose plein de questions et qui vous montre que vous avez du potentiel et des solutions en vous pour vous sortir de toutes les situations problématiques. Non, mais !
Conclusion :
L’intérêt de cet article est de pointer nos comportements improductifs et inciter les individus confrontés à ces comportements à en prendre conscience et les aider à franchir le pas. Dans mon métier de coach, je suis tout le temps face à ce genre de réflexions ou de comportements qui me laissent parfois sans voix. C’est pourquoi je propose souvent de rencontrer des personnes lors d’une première séance qui nous permet de faire connaissance dans un premier temps, de leur révéler leurs modes de fonctionnement, et les leviers sur lesquels ils peuvent s’appuyer pour changer de comportements. Parfois on va s’appuyer sur leurs propres défauts pour les transformer en forces (c’est le côté arts martiaux qui parle à travers moi) Nous ne pouvons rien signer à la suite de cette séance. Si la personne est intéressée, nous nous revoyons pour parler des modalités d’accompagnement. Et pourquoi je procède ainsi ? Parce que la 12e raison que je n’ai pas encore citée est tout simplement la peur de l’inconnu. L’on ne peut s’engager dans un processus d’accompagnement avec quelqu’un que si on connaît la personne et ses méthodes. Vous hésitez encore ? Vous savez ce qu’il vous reste à faire : faire connaissance.
Avant de conclure mon propos, j’aimerais vous inviter à me dire combien de raisons vous ont parlé personnellement ? En trouvez-vous d’autres ? Merci de les partager ici, sans aucun jugement bien sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.